Wakizashi NBTHK signé par Hatakeyama Masamitsu, Période Edo

3,000.00

23 en stock

Wakizashi NBTHK signé par Hatakeyama Masamitsu, Période Edo 3,000.00

Badge de confiance katana

 

les moyens de paiements possibles sur le site

Présentation de l’arme :

L’œuvre d’art forgée que représente ce sabre japonais est l’ouvrage d’un disciple de Suishinshi Masahide, forgeron d’exception de l’ère d’Edo. Ce wakizashi, marqué de l’empreinte de son fabricant, Hatakeyama Yamato no Kami Minamoto Masatsugu (畠山大和介源正次), nous fait part également de l’année de sa facture, correspondant à l’époque Bunsei.
Reconnue comme une “épée de conservation” par le NBTHK, ce trésor martial témoigne d’une maîtrise et d’une importance culturelle indéniables.

Concernant le forgeron :

畠山大和介源正光 (Hatakeyama Yamato-no-kami Minamoto Masamitsu) exerça son talent de maître forgeron dans la province de Settsu, durant l’époque Bunkyū (1861-1864). Bien que sa période de production fut brève, Masamitsu a laissé une empreinte profonde dans le milieu de la forge japonaise avec sa minutie et l’excellence de son art.

Issu d’une descendance de forgerons émérites, le fils de Masakiyo, Masamitsu, a élevé son savoir-faire au plus haut en se perfectionnant auprès de Yasutomo, forgeant une réputation bien établie. Son parcours l’a également conduit en Aki, où il a peaufiné son art ancestral des épées.

L’engagement de Masamitsu pour l’art de la trempe des lames brille à travers ses œuvres. Ses wakizashis, en particulier, sont célébrés pour leur élégance et leur finesse, incarnant les traditions et compétences avancées de son temps.

Détails techniques de l’épée :

La structure de la lame se distingue par une courbe subtile et adopte le style shinogi-zukuri, marqué par une arête vive s’étendant sur toute sa longueur. Le profil du mune (dos de la lame) est travaillé dans le style iori, injectant une élégance supplémentaire à la silhouette de l’arme. Le kissaki (pointe), façonné dans le design ko-gissaki, propose une terminaison fine et travaillée.

La ligne de trempe, ou hamon, révèle un design en vagues nommé gunome-midare, rehaussé de motifs rappelant des pinces de crabe, preuve de l’habileté exceptionnelle de son créateur. Le jigane (corps de la lame) offre une texture riche et détaillée, contribuant à la singularité esthétique de l’épée.

Équipements (Koshirae) :

Autant le fuchi (col de la poignée), le kashira (tête de poignée), le tsuba (garde) que le kozuka (petit couteau additionnel) sont forgés en fer et incrustés d’or, figeant des libellules avec délicatesse. Ces finitions minutieuses confèrent à l’ensemble un cachet distinctif et raffiné.

Les menuki (garnitures de poignée), créés en shakudo, cet alliage précieux de cuivre et d’or, sont embossés d’or et illustrent des fleurs avec finesse. De même pour le kogai (instrument semblable à une épingle), orné d’or cru, mettant en valeur des motifs floraux et ornements représentant des sonnettes d’insectes, il souligne l’esthétique élaborée du sabre.

Le saya (fourreau), habillé d’une laque noire et texturé d’un motif évoquant de la pierre, complémente avec justesse la noble lame et le koshirae orné.

Dimensions (approximatives) :

  • Longueur totale de la lame : 37,7 cm
  • Largeur au talon de la lame : 2,7 cm
  • Largeur au sommet de la lame : 2,0 cm
  • Épaisseur au talon de la lame : 0,7 cm
  • Épaisseur à la pointe : 0,5 cm
  • Poids du sabre : 352 g